Vous êtes ici : Accueil » Tous le numéros » La francophonie » LANGUE » HISTOIRE ET PRATIQUES DU FRANÇAIS AU SÉNÉGAL. POUR UNE DIDACTIQUE UNIFIÉE DES (...)

HISTOIRE ET PRATIQUES DU FRANÇAIS AU SÉNÉGAL. POUR UNE DIDACTIQUE UNIFIÉE DES APPRENTISSAGES

D 28 mars 2015     H 20:20     A Ousmane Sow FALL     C 3973 messages


1. HISTOIRE DE FRANÇAIS

« Le français enseigné comme langue seconde, au sens où on l’entend aujourd’hui en France, recouvre pour l’essentiel tout ce qui fut associé à un moment ou à un autre aux politiques de diffusion et d’enseignement de la langue française dans l’empire colonial français et en ce sens relève d’une problématique historique fondamentalement différente de celle du français langue étrangère » .

Cette définition du FLS, qui est également une prise de position théorique, montre bien la complexité d’une notion qui participe à la fois de réalités politiques diverses ainsi que de situations linguistiques et pédagogiques sans commune mesure les unes par rapport aux autres, si l’on s’en limite aux anciennes colonies françaises d’Afrique noire . C’est en dressant un rapide historique des usages du français en Afrique qu’il nous sera possible d’envisager les voies les meilleures de son acquisition, compte tenu de ces diverses acceptions rencontrées dans le champ de la didactique de la discipline.

Un choix nécessaire

Les anciennes colonies françaises d’Afrique pouvaient difficilement choisir une langue d’enseignement autre que le français pour des raisons d’organisations et de compétences disponibles au moment des Indépendances. On sait également que les écrits en caractères arabes n’étaient pas en odeur de sainteté dans ce cadre, et que les transcriptions en caractères latins des langues locales étaient pratiquement à l’état de projet. Ce choix obligé du médium d’apprentissage installera, comme de fait, et le français et cette forme particulière d’école dans le vécu quotidien des populations africaines : « Le modèle d’école en vigueur est à ce point intégré dans le paysage social et administratif que l’on ne prête plus attention aux choix qui ont présidé à son élaboration et qui lui donnent sa configuration présente » .
C’est d’ailleurs ce qui en fait la marque spécifique :

 [1]

 [2]


[1VIGNER, G., « Le français des colonies et des indépendances. Pour une histoire du français langue seconde », in Le français dans le monde, numéro spécial - Recherches et applications, janvier 1998.
Certains pensent qu’il « semble presque absurde d’utiliser le même terme - celui de FLS - pour désigner des situations d’apprentissage et des finalités si distinctes », ROLLAND, D., in Diagonales n° 43, p. 16, 1997.

[2DUMONT, Pierre, « L’enseignement du français en Afrique : le point sur une méthodologie en crise », in Le français dans l’espace francophone, t.1, Paris, Champion, 1993, p. 472.

3973 Messages